the eyes of myself

the eyes of myself, jeu de miroir

Henri Wallon, psychologue, a été le premier à relever l’importance du miroir dans la construction psychologique de l’enfant. Pour lui, l’enfant se sert de l’image extériorisée afin d’unifier son corps. Cet auteur a également décrit le comportement de l’enfant face à l’image reflétée, de lui-même et de son entourage proche, notamment celle de sa mère.

Ensuite, un autre psychologue, Lacan, a développé un aspect important du stade du miroir, en y introduisant une réflexion sur le rôle de l’Autre. Dans l’expérience archétypique, l’enfant n’est pas seul devant son reflet, il est porté par l’un de ses parents qui lui désigne, tant physiquement que verbalement, sa propre image. Ce serait dans le regard et dans le dire de cet autre, tout autant que dans sa propre image, que l’enfant vérifierait son unité. En effet, l’enfant devant le miroir reconnaît tout d’abord l’autre, l’adulte à ses côtés, qui lui dit « Regarde c’est toi ! », et ainsi l’enfant comprend « C’est moi ».